Accueil

culture Archives

avril 9, 2006

Dîner chez charlotte

dim. 09.04.2006 02:20 09042006(001)
dim. 09.04.2006 02:20 09042006(001)


Donc, Dîner chez Charlotte, qui est la soeur du jeune artiste qui a fait le dessin à gauche (Jean-Baptiste).
Un invité surprise, sur la photo, devant un tableau de Jean-Baptiste toujours, le sculpteur Kasper. Les sculptures en bronze de Kasper font de 30 cm à 4 mètres de haut! monumentales... Coup de coeur sur son minotaure relativement accessible en petite taille (celle de 2,50 m de haut est forcément un peu plus chère).
Bref, longue discussion à table sur la problématique art, entreprise et défiscalisation.
Comment casser le monopole des galeries? Quel évènement pour l'artiste?
Kasper possède un très grand atelier à Asnières, où il organise déjà pour les entreprises des conférences : l'art vecteur de communication.
Un excellent dîner tant dans l'assiette que dans la tête !

Pour finir le Moblogging (la photo est moblogger avec LifeBlog) c'est vraiment agréable, dommage que mon 6630 ne me permette pas d'écrire la note en directe (je pourrai, mais ça me prendrait un certain temps).

mai 12, 2006

du rêve à la réalité

ven. 12.05.2006 11:27 12052006
ven. 12.05.2006 11:27 12052006
La photo n'est pas très bonne... qu'importe, il ne me reste plus qu'à l'accrocher.

Le site de Jean-Baptiste Dumont est en ligne.
Allez vite le consulter et découvrir peintures, sculptures, dessins et assemblages...
Un univers propre à cet artiste talentueux !

mai 23, 2006

Merde, c’est une tétralogie !

Salaud ! Enfoiré ! … C’était pourtant pas compliqué, une histoire avec trois personnages en 3 volumes… Et bien non, Enki Bilal, nous réserve toujours de nouvelle surprise, ce sera donc une tétralogie, dont le 3e volume est sortie il y a peu.

Mais en dehors de ma déception de devoir encore attendre le 4e opus, pendant un an peut-être deux (on ne sait jamais avec cet artiste), je dois avouer que j’en ai encore plein les yeux. Les lecteurs assidus de Bilal savent bien qu’il faut attendre parfois très longtemps entre deux albums (cf la Foire aux Immortels et La Femme piège, 12 ans je crois !). Et c’est un peu ce qui fait la magie de ses bandes dessinées… d’un tome à l’autre l’artiste à encore progressé, affiné ou modifié sa technique, il est influencé par de nouvelles choses. Du coup même si le fil rouge reste le même, chaque album est une nouvelle histoire.

CouvertureEt celui-ci, Rendez-vous à Paris, est tellement abouti au niveau du « dessin » que j’avoue ne plus savoir si le mot dessin est juste… Chaque planche, chaque strip semble être un tableau à lui seul… le texte se fait de plus en plus rare, laissant place à l’image qui parle d’elle-même. Un vrai bonheur ! Merci Bilal, mais de grâce, vite la fin de l’histoire (si tant est qu’il puisse il y en avoir une).

mai 25, 2006

Un pas de danse

CouvJe viens juste de le terminer… c’est le privilège de l’exil à la campagne : je ne suis pas tenu de lire uniquement le soir ! Je viens donc de terminer le dernier Henning Mankell, Le retour du Professeur de danse.

Mankell est un auteur suédois de roman policier, un des précurseurs de cette vague du polar scandinave. Une grande partie de son œuvre était alors consacrée à un héros : le commissaire Kurt Wallander, vivant dans le sud de la Suède à Ystad, non loin de Malmö. Au fil des intrigues, en trame de fond, la vie, la tragédie (en tant que spectacle des passions), de cet anti-héros, nous est dévoilée… Le lecteur s’attache, une véritable empathie s’installe entre Wallander, ses problèmes de santé, de cœur et familiaux et lui derrière les pages imprimées.

Alors, le pari n’était pas facile… Kurt approchait de la retraite, il fallait un autre personnage. Un livre de transition, Avant le Gel, où la fille de Wallander mène l’enquête, et lui est relégué en trame de fond. L’intérêt pour le lecteur était de garder ses points de repères géographiques, des personnages secondaires déjà connu… Mais je dois être franc, ce livre m’avait laissé un peu sur ma fin.

Changement radical… direction plus au nord de la Suède, un nouveau héros trentenaire… et donc un pas de danse risqué… Mais tellement réussi. Un livre haletant, autant que peu l’être un polar scandinave, un univers froid et sombre, un héros jeune et déjà meurtri comme on les aime. Une intrigue pleine de rebondissement, où Mankell dénonce le néo-nazisme qui perdure dans notre vieille Europe, et toujours beaucoup de finesse dans le texte grâce à la traduction d’Anna Gibson.

Mankell est un auteur complet et brillant, et je ne résiste pas à vous livrer ici le texte de sa postface, une sorte de manifeste de son œuvre et surtout des idées qu’il distille.
« Ceci est un roman. Je ne décris pas les événements et les milieux tels qu’ils sont, ou ont été, dans la réalité. Je m’autorise certaines libertés. Par exemple celle de déplacer des carrefours, de repeindre des maisons et surtout d’inventer des enchaînements fictifs là où c’est nécessaire. La même chose vaut pour les personnages. Ainsi, je ne crois pas qu’il existe à Ostersund un policier prénommé Giuseppe. Personne n’a donc lieu de se sentir visé. Toute ressemblance avec des personnes réelles ne peut cependant être totalement évité. Il s’agit dans ce cas de pures coïncidences.
Mais le soleil, début novembre dans le Härjedalen, se lève bien autour de huit heures moins le quart. On retrouve donc, au milieu de la fiction, un certain nombre de vérités indubitables.
Ce qui était évidemment mon intention. »

Comprenez : je ne vise personne, mais oui les réseaux néo-nazis existent en Suède et ailleurs!

juin 25, 2006

Baigneuse de Calais

Envoyée par Jean-Baptiste Dumont

Create your own video at One True Media

août 31, 2006

Pour dormir en beauté

" L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font. À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire. "
Pierre Desproges...

(Microbe, ne le prend pas pour toi... enfin pas que pour toi !)

Le site comblera vos moments de solitude nocturne au profit d'un cocktail avec un doigt d'humour et deux de cynisme !

Du pur bonheur en cas d'insomnies.

A propos culture

Cette page contient les archives de toutes les notes postées sur Pierre Abruzzini dans la catégorie culture. Elles sont classées de la plus ancienne à la plus récente.

audiovisuel est la catégorie précédente.

Grmpffff ! est la prochaine catégorie.

Beaucoup d'autres notes peuvent être trouvés sur la page d'accueil principale ou en cherchant dans les archives.